Un road-trip en Islande, c’est une aventure extraordinaire à tenter une fois (au moins !) dans sa vie. Loin des cars et des arrêts imposés des tour-opérateurs, c’est une occasion unique de découvrir la beauté du pays à son rythme, en s’arrêtant là où le cœur t’en dis et de profiter des pauses sans avoir à regarder sa montre en permanence pour être sûr de ne pas manquer l’étape suivante.

Cela dit, c’est aussi une aventure qui ne s’improvise pas : Le nombre de touristes augmente tous les ans et toutes les offres (hébergements, locations de voitures, entrées dans certains lieux touristiques, etc.) ne suffisent parfois pas à couvrir la demande pendant la saison, d’où des prix élevés qui peuvent augmenter de manière exponentielle à mesure que se rapproche la date de départ. Par ailleurs, seuls 20% du territoires sont habités, d’où des difficultés à se procurer de l’essence ou de la nourriture en dehors de la zone de Reykjavik.

Ce guide est ici pour te mâcher le travail, et t’aider à préparer au mieux ton voyage et son itinéraire. Celui que je te propose est une boucle autour de l’île qui se réalise en une dizaine de jours, mais des variations sont possibles en fonction de la saison et du temps dont tu disposes dans le pays !

 

Quand prévoir son road-trip ?

Je ne t’apprendrais rien en te disant que l’Islande est située bien au Nord de l’Europe, ce qui veut dire que le temps en hiver est extrêmement froid, avec d’importantes chutes de neige qui rendent certains endroits, notamment au nord du pays, partiellement ou complètement inaccessibles en voiture.

De plus, au plus fort de l’hiver, les journées ne durent que 3 heures, ce qui rend les visites difficiles.

Pour toutes ces raisons, il est conseillé de visiter dans la période entre mars et septembre pour pouvoir conduire et visiter dans les meilleures conditions.

À mon sens, mars/avril est même la meilleure période car on peut encore avoir la chance voir des aurores boréales, invisibles l’été, et la saison touristique n’a pas encore commencé à battre son plein donc les prix ne sont pas trop élevés. Seul inconvénient de cette période : La région du Landmannalaugar n’est pas encore accessible en raison de la neige donc si tu veux absolument la voir, il est préférable de partir l’été.

 

Préparatifs avant le voyage

Budget

Je vais le dire sans détour : L’Islande est un pays plutôt cher !

J’ai visité le pays en 2016 donc je n’étais plus forcément très au courant des prix mais après de petites recherches, voici un petit budget non exhaustif des dépenses à prévoir pour un road-trip dans le pays :

  • Billets d’avion (Paris – Reykjavík) : Entre 150€ et 400€ par personne selon la compagnie et la saison.
  • Hébergement en hôtel, maison d’hôtes ou Airbnb : Entre 45€ et 80€ par jour et par personne.
  • Location de la voiture : 50€ à 70€ par jour. Ne pas oublier que le pays est un des plus chers pour l’essence en Europe (compter 1.8€ / litre).
  • Nourriture : Un repas au restaurant coûte de 20€à 40€ par personne mais il est possible de faire ses courses pour bien moins cher dans les supermarchés du pays.
  • Visite d’un glacier avec un guide : Entre 65 € et 150€ par personne, selon la saison et la formule choisie.
  • Visite d’un musée : Entre 5€ et 15€ par personne.

 

Réservations

Un voyage en Islande ne s’improvise pas en dernière minute.

Si tu ne dois retenir qu’une seule chose de cet article, j’espère que ce sera celle-ci : Il est impératif d’avoir fait et confirmé toutes ses réservations d’hébergement avant le départ. L’Islande est un petit pays qui connait un énorme succès touristique, et il arrive que la demande d’hébergement dépasse grandement l’offre. D’où des prix qui peuvent être très élevés si on attend un peu trop…

Je te conseille donc de prévoir ton itinéraire plusieurs mois à l’avance (oui, oui, plusieurs mois) pour pouvoir louer des hébergements au meilleur prix. Ceux qui partent pendant l’été peuvent amener leur tente pour camper mais là encore, il est nécessaire de réserver son emplacement à l’avance pour éviter les mauvaises surprises.

 

Voiture

Pour un road-trip en Islande, il faut au minimum un SUV ou 4×4 avec des chaînes ou des pneus neige pour pouvoir se promener librement un peu partout sans être bloqué par la météo.  Là encore, le pays est petit et l’offre peut excéder la demande donc il ne faut pas hésiter à réserver son véhicule bien en avance pour être sûr d’en trouver un, et bénéficier du meilleur prix.

L’Islande est un pays très cher pour l’essence donc n’hésite pas à te renseigner sur la consommation de ton véhicule au préalable pour budgéter au mieux ou réduire les coûts.

Pour éviter les problèmes, il est également bien nécessaire de noter les stations-essence disponibles sur ton parcours car il arrive qu’elles soient bien rares dans certaines parties du pays.

 

Vêtements 

Sans surprise, la météo du pays est capricieuse et il peut faire y très froid.

Je te recommande donc de mettre les habits suivants dans ta valise pour un voyage en mars / avril :

  • Un pantalon de ski pour visiter les glaciers et le nord.
  • Des leggins thermiques pour mettre sous le pantalon.
  • Un système de tee shirts manches longues / petits pulls / gros pull pour pouvoir faire des couches de vêtements et t’adapter en fonction de la température.
  • Un manteau étanche et coupe-vent type manteau de ski, très important pour éviter de se retrouver trempé après une averse. Les doudounes ne suffisent pas, pas assez étanches…
  • De bonnes chaussures de randonnées bien chaudes avec des chaussettes bien épaisses + une paire de baskets pour la ville.
  • Un pyjama léger : Les intérieurs islandais sont chauffés par géothermie, ce qui veut dire que le chauffage ne coûte rien et il y fait souvent très chaud ! Contre intuitif, je sais…
  • Un maillot de bain/serviette pour pouvoir profiter des bains géothermiques. Tu peux aussi ramener ton propre bonnet de bain et ta protection pour mettre ton smartphone dans l’eau (avec cordon autour du cou) pour éviter de les payer au prix fort sur place.

 

Nourriture

Les restaurants islandais sont souvent exceptionnels, avec des fruits de mer absolument merveilleux et des aliments que l’on n’a pas l’habitude de trouver dans nos assiettes comme le macareux, l’oie sauvage ou le requin. En revanche et malheureusement, ils sont assez chers et, hors de Reykjavík et des villes de tailles moyennes, ils sont bien rares…

Pour ne pas mourir de faim hors du très touristique Cercle d’Or, il te faudra donc prévoir une glacière et faire un tour au supermarché pour prendre de quoi faire des sandwichs, des barres de céréales et des fruits.

 

L’itinéraire

Prévoir 10 jours pour faire confortablement le tour de l’île, avec du temps pour s’arrêter où l’envie te prends et visiter glaciers et sites naturels sans être pressé par le temps. Je te conseille de commencer par Reykjavík, histoire de t’acclimater doucement au pays, à sa météo et à sa culture, puis de suivre la boucle dans le sens qui te plaira !

Screenshot 2020-04-18 14.28.09 - v2

 

Reykjavík et le Cercle d’or (Jours 1 à 3)

 

Reykjavík (Jours 1 et 2)

Comme promis, on commence en douceur par la jolie ville de Reykjavík !

 

 

Située à 40 minutes en car de l’aéroport  de Keflavík, dans lequel atterrissent les compagnies internationales, c’est la ville la plus peuplée d’Islande avec 130 000 habitants. Son nom signifie littéralement « Baie-des-Fumées » et il s’agit de la ville la plus verte du monde avec environ 410 m2 d’espaces verts par habitant. Ça fait rêver, surtout en ces temps de confinement…

C’est une ville artistique et bohème, avec de nombreuses librairies, boutiques d’artistes, cafés et lieux trendy. L’ambiance est décontractée et chaleureuse malgré le froid, grâce notamment aux couleurs vives dans lesquelles sont peints de nombreux bâtiments.

Parmi les endroits à visiter, on trouve :

  • Le port et ses restaurants de poissons délicieux et abordables.
  • La magnifique Harpa, opéra de la ville tout en verre de couleurs.
  • La Hallgrímskirkja, église luthérienne dont la flèche de 75 mètres se visite et offre une vue superbe et à 360° sur la ville et sa baie.
  • La statue « Le Voyageur du Soleil » qui rend hommage aux embarcations des Vikings, premiers habitants de l’île et emblème de la ville.
  • Le lac de Reykjavík et ses statues.
  • Le Musée national d’Islande, très sympathique et qui propose un bon tour de l’histoire du pays, des Vikings à nos jours.
  • Le musée phallologique islandais, consacré comme son nom l’indique à la phallologie, qui est donc l’étude des pénis de mammifères ! À la fois scientifique et rigolo, c’est un de mes grands regrets car le musée était fermé lors de ma visite…

 

Le Cercle d’Or (jour 3)

Le « Cercle d’or » est une expression désignant les trois sites touristiques les plus fréquentés d’Islande : le parc de Þingvellir, la chute de Gullfoss et le champ géothermique de Geysir. Pour ceux qui viennent en Islande le temps d’un long weekend, ces lieux sont assez proches de Reykjavík pour se visiter facilement.

 

Le parc national de Þingvellir 

Le parc de Þingvellir (on peut aussi écrire Thingvellir) est un parc national naturel situé sur la faille entre la plaque Américaine et la plaque européenne.  Donc être dans le parc, c’est littéralement être sur 2 continents en même temps !

20160320_110729

En plus de cela, le parc est absolument magnifique avec sa falaise et ses cascades. Les plongeurs qui n’ont pas peur du froid peuvent également aller explorer les eaux cristallines de la faille de Silfra, régulièrement désignée comme l’un des 10 meilleurs sites de plongée au monde.

Le nom du parc signifie littéralement « Plaines du Parlement » car il est le lieu originel de rassemblement d’un des plus vieux parlements du monde, l’Alþing, qui y fut fondé dès 930, moins d’un siècle après le début de la colonisation de l’Islande. C’est donc en ce lieu qu’ont été prises toutes les décisions importantes de l’histoire du pays jusqu’à la fin du 18° siècle. C’est en particulier le cas pour la christianisation de l’Islande en 999.

Le 17 juin 1944, un nouveau festival est organisé à Þingvellir, au cours duquel est déclarée la fin de l’union de l’Islande avec le Danemark et la fondation de la république islandaise. L’Alþing se réunit alors au rocher de la loi et déclara la nouvelle constitution islandaise.

Entre histoire et géologie, le Parc de Þingvellir est donc un lieu à ne pas manquer lors d’un voyage en Islande.

 

Geysir

Geysir vient de l’islandais gjósa signifiant « jaillir ». Il s’agit du geyser islandais qui a donné son nom à tous les geysers du monde, ces types particuliers de sources d’eau chaude qui jaillissent par intermittence en projetant à haute température et à haute pression de l’eau et de la vapeur.

 

Et Dieu sait qu’il jaillit haut : Entre 80 et 120 mètres selon l’activité sismique de la région, entre 3 et 8 fois par jour !

Si tu n’as pas la chance de le voir en action lors de la visite (c’est un peu imprévisible), le lieu comporte tout de même de plus petits geysers qui s’agitent plus régulièrement et qui valent le détour.  Attention tout de même à se protéger, l’eau qui sort en furie de la terre est bouillante ! Le bleu transparent de l’eau sur ce grand champ de boue où rien n’arrive à pousser est particulièrement joli.

 

La cascade de Gullfoss 

Gullfoss, la « chute d’or » tient son nom de l’arc en ciel que l’on peut voir souvent par beau temps au-dessus de ses eaux tourbillonnantes. Techniquement pourtant, il s’agit de 2 chutes en succession sur la rivière Hvítá.

20160320_135223

L’été, il est possible d’aller faire du rafting dans la zone, pour les plus courageux. L’hiver, on peut admirer les blocs de glaces tomber une première fois d’une hauteur de 11 mètres, puis une seconde d’une hauteur de 20 mètres. Absolument magnifique et hypnotisant en toutes saisons donc !

 

La région de Vík (jour 4)

Une fois les merveilles du Cercle d’or derrrière toi, direction la petite ville de Vík í Mýrdal, qui propose également plusieurs merveilles plus ou moins naturelles cette fois ci.

20160320_173437

Sur le chemin, tu pourras contempler la base du volcan et du glacier de l’Eyjafjallajökull. L’Eyjafjöll, c’est ce volcan islandais donc l’irruption en 2010 avait créé un beau bazar dans l’espace aérien européen en raison de la masse de cendre qu’il a éjecté dans l’air : Une petite plaque commémorative est d’ailleurs y est d’ailleurs dédiée à l’évènement.

 

Beau comme un avion abandonné sur une plage

A proximité de Vik, sur la plage du Solheimasandur se trouve l’épave d’un avion de l’US Navy qui s’y est écrasé en 1973 après une panne de fuel. Tout l’équipage a survécu à l’accident, et la carcasse de l’avion est resté depuis sur son lit de sable noir. La scène évoque une vignette de fin du monde, c’est incroyablement beau et silencieux, et les photographes peuvent s’en donner à cœur joie. Pour y accéder en revanche, il faudra marcher, si Google Map évoque un lieu près d’une route, il faudra marcher une bonne demi-heure vers la mer avec les coordonnées GPS de l’épave (63 27.546-19 21.887) pour espérer la trouver.

 

 

La plage de Reynisfjara

Reynisfjara signifie la « plage de Reynir » en Islandais. Ce Viking Norvégien aurait été le premier colon à s’installer dans la région. Cette grande plage de sable noir connue pour ces formations de basalte en escalier s’étend sur plusieurs kilomètres, des arches de pierre de Dyrhóleay jusqu’au petit village de pêcheurs de Vík.

 

Le contaste entre le noir du sable, le gris de la mer et le blanc de l’écume vaut le détour, offrant des paysages uniques et absolument magnifiques !

 

Le glacier Svínafellsjökull (jour 5)

Les amateurs de Game of Thrones connaissent bien le glacier Svínafellsjökull sans le savoir, puisque c’est là qu’ont été tournées les scènes sur le Mur. Au-delà de l’aspect hollywoodien, le glacier se visite toute l’année (avec plus ou moins de parcours ouverts selon les saisons) et les visites sont accessibles pour tous les niveaux de forme physique.
Des crampons et un guide te seront indispensables pour aller se promener en toute sécurité sur la glace, qui a une magnifique couleur bleutée comme je n’en avais jamais vu ailleurs. Attention toutefois à bien sécuriser tous les objets car il est facile de perdre un appareil photo ou un smartphone et le voir glisser des mètres plus loin en contrebas, dans des endroits inaccessibles (histoire vécue, j’en fais encore des cauchemars ! #trauma).

Cependant, je crois qu’il n’y a en tout et pour tout qu’un seul hôtel en bas du glacier, enfin c’était le cas en 2016. Il faut donc bien réserver en amont pour être sûrs d’avoir un guide et une chambre sur place.

Entre le glacier et la prochaine étape, il y a pas mal de kilomètres, à réaliser souvent dans des conditions neigeuses loin d’être idéales. Il est donc bon de faire une halte pour la nuit dans les environs d’Egilsstaðir. La ville manque de charme mais sa taille relativement importante fait que tu y trouveras facilement de l’essence, des supermarchés et des restaurants pour le soir, sans prendre de risques sur la route.

 

Le lac Mývatn (jour 6)

Le Lac Myvatn est situé tout au nord de l’Islande. C’est un endroit paradoxal, entre la sérénité profonde du lac en lui-même et la fureur de Hverir, la « porte de l’enfer » toute proche où les bassins de boue bouillonnants et les fumerolles émettant du gaz sulfurique s’agitent à toute heure du jour et de la nuit dans ce lieu de forte activité géothermique. Le spectacle est fabuleux mais l’odeur d’œuf pourri (due au sulfure) est assez écœurante au début.

 

Je te recommande vivement les Bains Naturels de Myvatn, plus petits mais bien plus accessibles et authentiques que le fameux Lagon Bleu des alentours de Reykjavik. L’accès y est également bien meilleur marché et l’ambiance plus tranquille. Le meilleur moment pour venir est le coucher du soleil…

C’est en dormant autour du lac que j’ai eu la chance de voir mon unique aurore boréale en 2016, en raison du temps clair ce soir-là et de la faible pollution lumineuse de la région. Et attention, anecdote de minute blonde : J’avais toujours pensé que les vidéos d’aurores que j’avais pu voir étaient accélérées et que le phénomène était plutôt lent. Mais non ! Les vagues vertes dansent dans le ciel à un rythme soutenu et hypnotisant. Mon plus beau souvenir du voyage, cela va sans dire…

Le lac est également proche des merveilleuses cascades de Selfoss et Dettifoss, qui valent largement le détour !

#godafosswaterfall #iceland #travel #travelgram #nature #instatravel

Hvítserkur (jour 7)

La légende raconte qu’un troll était si énervé contre les aboiements des chiens du monastère de de Þingeyrar voisin qu’il se mit à jeter des pierres contre l’édifice. Tout occupé qu’il était dans sa fureur, il ne remarqua pas que le soleil se levait et les rayons l’ont transformé en rocher sur l’eau. Un rocher nommé maintenant de Hvítserkur, où « chemise de nuit blanche », en référence au guano des oiseaux qui le recouvrent à longueur d’année.

20160325_100436

Personnellement, j’ai trouvé qu’Hvítserkur ressemblait plus à un éléphant qui boit mais j’imagine qu’un troll faisait plus de sens pour les habitants qu’un éléphant, plus rare dans ces contrées… En tout cas le lieu est parfait pour admirer la vie des oiseaux marins et des phoques qui aiment nager autour. Il s’agit également d’un joli lieu pour faire une halte pour la nuit en route vers le sud de l’île et de l’étape suivante, le parc de Snæfellsjökull.

Mention spéciale à l’hôtel Hvítserkur, qui venait à l’époque d’ouvrir dans les locaux d’une ancienne école par d’anciens fermiers : Nous y avons été accueillis très chaleureusement par les propriétaires et nous y avons mangé un repas islandais exceptionnel !

 

Parc national de Snæfellsjökull (jour 8)

Le Snæfellsjökull, c’est le site où commence le Voyage au centre de la Terre de Jules Verne. Je n’ai pas lu cet incontournable roman, mais je comprends aisément comment son auteur a pu être charmé par l’endroit tant il est sauvage, entre activité volcanique et mer déchainée.

Snæfellsjökull (littéralement « la montagne de neige de glace »), c’est un grand volcan qui culmine à 1446 mètres. Les champs de laves et les cendres issues de celui-ci ont rendu la végétation plutôt basse et pauvre, mais donne au paysage un aspect digne d’une autre planète étrange peuplée par des elfes, des trolls ou peut-être même des hobbits.

Les plages du parc qui s’étend autour du volcan sont particulièrement belles avec leur sable noir. La plus étrange est surement celle de Dritvik Djúpalónssandur, une jolie plage de galets sur laquelle rouille depuis 1948 les restes d’une épave d’un bateau de pêche. On dit que l’endroit est fréquenté par de nombreux fantômes et on y croit aisément, tant l’ambiance du lieu et ses couleurs sont mélodramatiques.

 

Le Lagon Bleu (jour 9)

A la fin du voyage, tu seras probablement éreinté mais ravi de ton aventure en Islande. Quoi de mieux pour terminer en beauté que se remettre sur pieds tout en se faisant une jolie peau au célèbre Lagon Bleu ?

 

Situé entre Reykjavik et l’aéroport international de Keflavik, ce spa naturel constituera une excellente dernière étape avant le voyage de retour. A condition de réserver ton entrée bien en avance, tu pourras aller mijoter dans ses eaux laiteuses riches en silice, excellentes pour la peau, à une température idéale d’environ 39 °C qi contraste agréablement avec le froid extérieur. Le plus difficile sera de parcourir les quelques mètres à l’extérieur qui séparent la douche (obligatoire) du bassin principal…

 

Voilà pour un beau road-trip d’environ 10 jours au pays de la glace et du feu ! Si tu n’es pas encore convaincu par l’aventure, tu peux lire mes 14 raisons de visiter l’Islande.

J’espère que ces informations te seront utiles et si tu as une astuce ou une recommandation que j’aurais oublié, n’hésite pas à la poster en commentaire.

Merci encore de m’avoir lu jusqu’ici ♥♥♥

A bientôt !

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s