Cela fait maintenant plus d’un an que la pandémie nous cloue à domicile et nous empêche de voyager. Je ne sais pas toi, mais je commence vraiment à tourner en rond : Je me fais du mal en consultant les destinations fabuleuses mises en avant sur Pinterest, je commande régulièrement des sushis et tacos sur Deliveroo pour m’évader au moins dans ma tête ou dans mon estomac, mais force est de constater que cela ne suffit plus !

Même les plages grisonnantes de la mer du Nord me font rêver en ce moment, n’importe quoi pour me sortir la tête de la région parisienne ou de Dublin, mes ports d’attache pendant la pandémie. Oui, je ne suis pas trop mal lotie pourtant…

Alors l’autre soir, pour me changer les idées, j’ai tenté de dresser la liste de ces destinations où je n’aimerai PAS faire traîner mon passeport. Parce que oui, il y des aventuriers impétueux qui seraient prêts à visiter n’importe quel pays pour l’expérience, quelle que soit la situation sociale et politique ou le climat de la destination en question. Et j’aimerai tant être de ces personnes à la curiosité inébranlables, mais j’aime aussi mon confort et quitte à dépenser mes sous, il y a des pays tout en bas de la liste de mes possibles.

Parce qu’en ce moment, on a tous besoins de se rappeler que le voyage n’est pas toujours une sinécure, voici ma liste toute personnelle de ces destinations que je ne visiterai probablement jamais pour des raisons logiques… ou pas du tout logiques !

Cet article à une vocation à faire sourire et j’ai parfois un côté drama-queen donc mes arguments sont pour la plupart à prendre avec une bonne pincée de sel 😉 Et si tu as visité et aimé une de ces destinations, je t’encourage à tenter de me convaincre de mon égarement dans les commentaires !

L’Inde, pays des cobras et (probable) ennemi de mon fragile estomac

Ah l’Inde, le pays des Maharadjas, des palais mystérieux, de la jungle de Mowgli, une histoire multimillénaire tellement riche et diverse. Sa cuisine est fabuleuse, ses habitants accueillants et vêtus élégamment de saris aux couleurs chatoyantes… Elle fait rêver des millions de gens qui la visitent pour sa culture et viennent y rechercher l’éveil spirituel. Sur le papier, l’Inde est un pays qui a tout pour plaire !

Alors pourquoi L’Inde est-elle en tête de cette liste ?

L’Inde veut ma peau !

J’ai une conviction intime complètement irrationnelle que je ne survivrai pas (ou alors difficilement) à un voyage en Inde !

Déjà, toutes les personnes que je connais ayant visité ce pays ont été malades comme des chiens parce qu’ils avaient commis l’erreur de se brosser les dents sans faire bouillir de l’eau avant, ou mangé un fruit ou goûté un plat un peu trop épicé pour nos palais aseptisés d’occidentaux. Et je ne parle pas de vulgaires touristas, un peu désagréables, mais ô combien communes dans la vie du voyageur ! Je parle de visites à l’hôpital pendant une semaine avec mise en place d’intraveineuses pour la réhydratation…

En plus, concrètement, j’ai un estomac en carton pâte et je suis capable de passer des heures à prier la déesse cuvette pendant des heures après un sandwich pas frais de boulangerie en France, donc à mon avis la version indienne me mettrai à genoux !

Le syndrome du voyageur me rendra folle !

Au-delà de l’aspect gastrique (je suis une fille tellement glamour je sais…), je me méfie aussi de ce qu’on appelle le syndrome de l’Inde, qui est la version asiatique de ces touristes qui visitent Paris et fondent une durite devant le décalage entre l’image ultra chic qu’ils ont de la ville et sa réalité banalement quotidienne… et un peu crado…

Un petit tour sur Wikipedia nous en dit plus sur la version indienne :

« Ce syndrome a été observé […], chez des touristes occidentaux se rendant en Inde, pays dans lequel leurs repères n’ont plus cours. La foule, le bruit, les odeurs, la pauvreté, les excès du climat (mousson, crue du Gange, chaleur…), la différence des cultures, l’omniprésence de la mort et du mysticisme provoquent, dans le meilleur des cas, une folle envie de fuir, mais peuvent également engendrer un vacillement de la personnalité parfois accompagné de troubles psychiatriques importants, notamment un sentiment océanique. »

Je n’ai aucune idée de ce qu’est un « sentiment océanique », mais ça n’a pas l’air cool…

Je perds parfois un peu la tête dans les rues parisiennes dont j’ai déjà l’habitude, donc je pense que me confronter à la grande pauvreté des bidonvilles et la multitude des personnes dans les grandes villes pourrait me mettre dans la position de ces personnes qui finissent leurs vacances à l’hôpital psychiatrique.

À noter toutefois qu’en général les symptômes des différents syndromes des voyageurs disparaissent totalement après le retour dans le pays d’origine 😉

Ces animaux qui ne me veulent pas du bien

50 000 personnes sont victimes de morsure de serpents en Inde chaque année : La plupart des décès sont causés par le « Big Four » – le cobra indien, la vipère de Russell, la vipère des pyramides et le krait indien. Alors certes, sur les 300.000 morsures de serpent signalées en Inde, il n’y a pas d’envenimation dans 70% des cas. Mais Josette, ça veut donc dire que dans 30% des cas, tu as très peu de temps pour :

1/ Te remettre du choc d’avoir été mordu à l’improviste par une nouille animale mortelle.

2/ Identifier ladite nouille pour déterminer son espèce.

3/ Trouver l’anti-venin qui correspond à l’espèce de la nouille, et de préférence en vitesse avant que tes organes commencent à te dire bye-bye un par un !

Et les serpents ne sont potentiellement que le cadet de tes problèmes potentiels puisque l’Inde abrite également les charmantes espèces suivantes :

  • Le scorpion à queue grasse, 10 cm à peine, mais dont la morsure peut tuer en quelques secondes. Évite donc les sandales lors de tes promenades dans le pays…
  • L’Ours lippu, une bêbête poilue de 55 à 200 kilos qui suit d’ordinaire un régime végétarien, mais qui s’autorise parfois un petit plaisir carnivore lorsqu’un humain s’aventure sur son territoire…
  • Le lion asiatique : Les lions, c’est mignon chez Disney, mais il vaut mieux ne pas se trouver sur leur chemin, c’est meilleur pour la santé.
  • Le tigre : pour une fois Disney est plutôt raccord avec la réalité sur ce coup-là.
  • Les singes : Leur truc à eux n’est pas de tuer, mais de te faire les poches…

Conclusion > L’Inde

Indice d’attrait : 10 / 10

Indice de logique de mes raisons : 7/10

Indice de mauvaise foi : 6/10

J’avoue si j’avais l’opportunité de visiter ce pays, je le ferai, ça à l’air trop beau. Mais disons qu’il ne figure pas en premier sur ma liste de souhaits pour toutes les raisons citées plus haut. Et je rédigerai probablement mon testament avant de partir… Juste au cas où !

La Bolivie et ses plateaux qui me donneraient le mal des montagnes

Depuis qu’il a découvert l’Amérique du Sud lors d’un voyage au Pérou, mon cher et tendre ne rêve que d’une chose : Aller découvrir la Bolivie en amoureux.

Sur le papier, la proposition est tentante, le pays a l’air magnifique avec ses sommets de toutes les couleurs et ses lamas boudeurs (ou bien sont ce des alpacas ? Je ne sais jamais…). Sa capitale de La Paz est classée dans la liste des sept nouvelles villes-merveilles depuis 2014 et abrite un célèbre marché aux sorcières qui fait plus que m’intriguer…

Mais alors, qu’est ce qui cloche avec la Bolivie ?

Eh bien qui dit sommets, dit altitude !

La Bolivie, c’est beau, mais c’est haut !

La Paz est située à 3 640 m au-dessus du niveau de la mer et certains voyageurs font dès leur sortie de l’avion l’expérience du mal de l’altitude. En gros, notre corps habitué à un plancher des vaches au niveau de la mer n’arrive pas à s’adapter au manque d’oxygène des hauteurs et tente tant bien que mal de compenser.

Dans sa version commune, le mal de l’altitude se traduit par de la fatigue, des étourdissements, de la nausée et / ou des vomissements. Dans sa version plus grave, le programme peut être œdème pulmonaire et du cerveau… et là, c’est rapatriement en urgence plus bas sous peine de décès.

Des médicaments existent pour lutter contre le problème, mais rien qu’à lire la liste des effets secondaires, je me dis que je préfère encore tenter l’enflure du cerveau…

Je pense qu’un voyageur au profil sportif n’aura aucun problème en allant en Bolivie, mais c’est loin d’être mon cas et quand je vois que je ne suis déjà pas bien en forme quand je monte une colline, je me dis qu’un séjour en Bolivie ne serait pas de tout repos…

Un certain manque d’infrastructures touristiques

En admettant que je survive à l’altitude, j’ai tout de même fait des recherches sur le pays pour ne pas renoncer aussi facilement au rêve de Mr Far Far Away… Après tout, il m’a bien vendu du rêve en me montrant des photos magnifiques du Salar d’Uyuni, un plateau de sel aux paysages incroyables qui abrite flamants roses, colibris et renards.

Je regarde donc sans trop me mouiller les hébergements possibles dans la région et en gros je trouve deux options : Le camping ultra luxe 5 étoiles à 1000 € la nuit ou dormir à la belle étoile sous la tente Quechua.

Et dans le milieu de gamme…. pas grand-chose !

Après, je sais que dans cette période d’ultra mondialisation et de tourisme de masse, un pays dont les infrastructures touristiques ne sont pas encore omniprésentes peuvent présenter un certain charme ; et que les paysages magnifiques peuvent valoir une nuit à la belle étoile ou dans un confort spartiate….

C’est juste que personnellement je déteste déjà le camping, mais alors le combo camping + mal de l’altitude, franchement cela ne me vend pas du rêve !

Conclusion > La Bolivie

Indice d’attrait : 8 / 10

Indice de logique de mes raisons : 6/10

Indice de mauvaise foi : 12/10

OK, OK, la Bolivie ça à l’air vraiment pas mal…. mais disons que si mon chéri insiste pour l’Amérique du Sud, je lui proposerai plutôt le Brésil, l’Argentine ou le Chili ! Et s’il insiste vraiment (comprendre : « si c’est la Bolivie ou le divorce ! »), je boirai des infusions de coca (très efficace contre le mal des montagnes) sous ma tente Quechua en soupirant devant la beauté des vols de flamants roses : Il y a bien pire comme vacances après tout !

L’Arabie Saoudite, enfer des droits de l’Homme

Obtenir un visa touristique est difficile (et plutôt déconseillé en ce moment par le Ministère des Affaires étrangères pour risques de terrorisme), mais il est possible depuis peu d’aller visiter l’Arabie Saoudite et observer ses nombreux trésors archéologiques et naturels. Ce pays extrêêêmement religieux s’ouvre en effet depuis peu au tourisme pour les non-musulmans, même s’il ne sera pas possible pour ces derniers de visiter les villes saintes de Médine et de la Mecque, réservées aux pèlerins.

Et pourtant, le pays ne manque pas d’attraits : Entre ses paysages désertiques exceptionnels comme le « Bord du monde« , la beauté des côtes de la mer rouge et ses merveilles archéologiques (par exemple Al-Hijr qui rappelle les vestiges de Pétra en Jordanie ou Dumat Al-Djandal, cité antique en cours de restauration).

Et pourtant, je pense que tu me vois venir avec ce qui me pose problème avec l’Arabie Saoudite…

L’Arabie Saoudite n’est pas le pays des droits de l’Homme… Et encore moins de la Femme !

Le pays est très religieux et s’il s’est modernisé très rapidement à partir des années 70, ses lois restent fondées sur les lois islamiques, les traditions et les coutumes. L’athéisme est considéré comme du terrorisme, la torture est pratiquée régulièrement par les autorités du pays et la peine du mort applicable pour des crimes sérieux (meutre ou viol) ou moins sérieux (sorcellerie, adultère). Il n’est vraiment pas conseillé de critiquer la famille royale du pays, de consommer de l’alcool ou d’avoir à sa disposition des contenus à caractère pornographique.

Et pour les femmes, c’est encore pire puisque la femme saoudienne reste toute sa vie sous la tutelle d’un homme (son père, frère, mari, oncle ou fils) duquel elle doit demander la permission pour sortir de chez elle. En public, elle doit être couverte des pieds à la tête, visage compris. Pour travailler, elles ont le choix entre docteur ou enseignement, sachant que leurs patientes ou élèves seront exclusivement des femmes. De ce fait, seulement 18% des femmes travaillent, ce qui n’est pas exactement propice à l’émancipation. Elles ont le droit de faire de la politique, mais pas de prendre la parole en public, ce qui est plutôt handicapant dans ce corps de métier…

Je pourrai encore écrire des paragraphes entiers sur les droits des femmes ou plutôt leur absence en Arabie Saoudite, mais je pense que tu as compris l’idée et tout cela fait bouillir de rage la féministe en moi !

Conclusion > L’Arabie Saoudite

Indice d’attrait : 7 / 10

Indice de logique de mes raisons : 10/10

Indice de mauvaise foi : 0/10

Le pays essaye de s’ouvrir au tourisme mondial et certes, les voyageuses en Arabie Saoudite ne sont plus contraintes de revêtir l’abaya (long manteau noir qui couvre des pieds au cou) ni même parfois un foulard sur la tête. Mais il me parait terrible de venir en tant que touriste et de profiter de droits que les locaux n’ont pas et de soutenir un gouvernement qui promeut la torture, la traite des femmes et le quasi-esclavagisme des travailleurs immigrés.

Certes, beaucoup de pays ont des problèmes de droits de l’homme dans le monde et si on ne devait partir que dans les pays impeccables sur ce sujet, on ne pourrait visiter que les pays scandinaves (et encore….). Mais l’Arabie Saoudite cumule les problèmes à tous les niveaux et tant que la situation ne changera pas, je ne souhaite pas aller la visiter, quelles que soient les merveilles qu’elle offre.

La Corée du Nord, juste trop risqué

Oui, oui, je suis consciente que la Corée du Nord, probablement le pays le plus autoritaire du monde, est également un enfer niveau des droits de l’Homme (et de la femme) !

Néanmoins j’avoue ma curiosité, sans doute malsaine, envers ce pays qui semble un immense décor de théâtre, une mise en scène de prospérité à destination du reste du monde qui ne convainc personne, mais qui présente un côté fascinant : Des barres d’immeubles ultra modernes sont construites, mais restent des coquilles vides faute d’habitants pour les remplir ; d’immenses rues à cinq voies ne voient le passage que d’une poignée de voitures par jour… Et partout des images de propagande clament le bonheur d’un peuple qui vit pour sa grande majorité vit dans le dénuement et en retard d’un demi-siècle sur la technologie du reste du monde.

Les visites de la Corée du Nord se font aux risques et périls du visiteur !

Le pays s’ouvre de plus en plus aux touristes et 400 000 visiteurs, majoritairement chinois, ont pu le découvrir en 2019. Pour venir, il faut demander un visa spécial et passer par la Chine puisqu’il s’agit d’un des seuls états au monde à autoriser les compagnies aériennes du pays.

Une fois sur place, tu devras être accompagné en permanence d’un guide local qui est plus là pour te surveiller que pour te faire découvrir les us et coutumes de la région. Ha, et il te faudra aussi probablement laisser ton téléphone portable à la maison puisque ceux-ci sont interdits. J’imagine que tu devras également te passer d’internet pendant ta visite….

Il te faudra être extrêmement prudent dans le respect des consignes du Parti, sous peine de subir le même sort qu’Otto Warmbier, un touriste américain accusé d’avoir essayé de voler une affiche de propagande et condamné à 15 ans de travaux forcés. Il a été renvoyé dans son pays après six mois en état de mort cérébrale.

Pour des vacances, on a vu plus relaxant…

Conclusion > La Corée du Nord

Indice d’attrait : 5 / 10

Indice de logique de mes raisons : 10/10

Indice de mauvaise foi : 0/10

En espérant que la situation s’arrange un jour pour les Coréens du Nord… Trop de risques, donc un grand NON pour moi : Ma curiosité malsaine ne connaitra le répit que par le visionnage de documentaires et la lecture de livres sur le sujet (je recommande l’excellent Vies Ordinaires En Corée Du Nord de Barbara Demick).

Mention Spéciale : L’Australie, le pays où la Nature veut ta mort !

L’Australie, c’est vraiment beau et les Australiens sont très cools.

Les paysages naturels sont variés, les cultures des populations aborigènes (ou ce qu’il en reste après des siècles de privations, discriminations et autres injustices) fascinantes, et la variété de la faune avec ses espèces qui ne vivent que sur ce continent, extraordinaire (salut, les koalas et les kangourous !).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est photoholgic-jk9dt34tfui-unsplash.jpg

Une nature… inhospitalière !

Je ne sais pas comment les Australiens font pour (sur)vivre toute l’année sur un continent qui veut autant leur peau !

Dans leurs maisons et jardins, ils doivent prendre garde aux morsures de serpents et d’araignées. En France, se faire piquer par une araignée, c’est relou et ça gratte, chez eux ça tue en quelques minutes et ce n’est pas une mort agréable. Le kangourou semble mignon, mais quand tu en as un dans ton jardin qui s’en prend à ton chien, il vaut mieux avoir des gants de boxe sous la main et un bon jeu de jambes !

Lorsqu’ils sortent de chez eux en voiture, c’est la panne d’essence dans l’immense désert et le manque d’eau qui peuvent les envoyer de l’autre côté. S’ils veulent se baigner, ils doivent faire extrêmement attention à ne pas se trouver sur le chemin d’une méduse, un crocodile ou un requin.

L’Australie, c’est un pays où la Nature entière semble liguée contre l’Homme pour l’envoyer ad patres. En même temps, quand on voit ce qu’elle subit au quotidien sur le reste de la planète, on ne peut pas trop lui en vouloir non plus…

Conclusion > L’Australie

Indice d’attrait : 9 / 10

Indice de logique de mes raisons : 10/10

Indice de mauvaise foi : 7/10, après tout la plupart des touristes survivent à leur voyage… Mais comment est ce possible ?!

Et toi, as-tu aussi des pays que tu ne voudrais surtout pas visiter ?

4 commentaires

  1. Ton article est génial ! J’adore ton franc-parler ! Pour ce qui est de l’Inde effectivement je ne recommande pas la visite à l’hôpital mise en place d’intraveineuse pour la rehydration, j’ai testé et je n’en garde pas un super souvenir 🤣

  2. Super article très fun 🙂 Pour ma part j’avoue avoir la même opinion que toi pour l’Arabie Saoudite. Pour ma part j’ajouterai le Katar et Dubaï qui ne m’inspirent par vraiment. Des villes ultra moderne au milieu du désert qui sont sortis de terre grâce au pétrole ça manque de charme et d’authenticité.

Laisser un commentaire